Accueil

 

 Né en 1971, dysgraphique, dysorthographique, énorme lecteur, passionné de tout, donc de rien, chauffeur livreur à ses heures perdues, fasciste pour les uns, islamogauchiste pour les autres, élevé au grain ( 140kg ; 1m89), demi chauve, titulaire d'un cap d'électricien et du plus gros buveur le 17 juin 1989 à 23h 45, réformé au bout de 15 jours du service national, républicain, laïque, athée ( au caramel), travailleur manuel, travailleur cérébral, réthoricien, fin débatteur, spécialiste des réseaux sociaux, autoadministrateur de site internet, président laïque d'une association, père de famille,

Work in progress...


 
 
Fb img 1508537444451
 
  • Où l'on parle de ramadan!

    Où l'on parle de ramadan!

    Et voilà , en dépit du bon sens, voilà que la danse du ventre des élus reprend en direction de la communauté musulmane cette fois... comme à Noël pour la communauté catholique et/ ou chrétienne, comme pour la fête du TET pour la communauté chinoise.

    Cette danse sexy en direction des communautés dont on prone la culture pour faire passer la pilule laïque, est une insulte à la seule communauté reconnue en France, la communauté nationale. La France a écrit en lettres d'or dans sa constitution que cette république est "une et indivisible!"

    A moins d'être idiot profond, comment peut on encore promouvoir le multiculturalisme, synonyme de multicultualiste ? Comment peut on encore croire que le zoo organisé par les édiles à chaque fête religieuse à voir avec la culture? Parce qu'il s'agit bien d'un zoo....les élus donnent à voir ...la culture des autres, pour démontrer la beauté cultuelle des communautés religieuses.

    La crèches de Noël dans sa mairie, la fête de la musique oriental d'un soir de ramadan, les dragons de papier d'Asie.

    Lire la suite

  • Où l'on parle de mourir sans dieu.

    Où l'on parle de mourir sans dieu.

    Encore une génération et nous rentrerons dans une période nouvelle, une ère inconnue, où l'on mourra sans dieu. Sans arrière pensée sur l'après !

    On ne meure pas athée, on meurt sans dieu.Terminé les prescripteurs de consciences, les laveurs de moralité.

    Il ne restera que le souvenir d'une vie remplie ou non, qui nous fera sourire, grincer des dents, ou encore rêver jusqu'au bout.

    Sans les filets de la consciences formatées par la croyance organisée ,sans le regard désapprobateur de la morale publique, il conviendra de mourir sans rite , dans le plus simple appareil mental, et sans outrager la société.

    Lire la suite

  • Où l'on parle d'Islam politique.

    Où l'on parle d'Islam politique.

    Que ce passe t'il donc dans la maison France ? On dirait qu'un vent nouveau souffle sur la société républicaine. Bon,c'est pas une tornade non plus, à peine une brise de mer.

    Ici ou là, on entend des choses qui font croire que des consciences s'élèvent pour enfin percuter que nous sommes soumis à des pressions , disons.... politiques.

    Le dossier de l'UNEF, par exemple, où nous visualisons l'entrisme par le vêtement de forces politiques dans notre jeunesse étudiante. Pas religieuse pour le coup, puisqu'il s'agit d'un syndicat étudiant politisé.

    Lire la suite

  • Où l'on parle d'attentat à Opéra...

    Où l'on parle d'attentat à Opéra...

    Rebelote....ça tue dans les rues! Au cutter, on égorge son prochain. C'est signé Daesh ! C'est signé islamiste!

    Tout le monde pense aux victimes et à leur familles! C est le minimum syndicale politique dans ces moments maintenant récurrents. L'unité nationale de la contrition.

    Avec l'habitude, on passe directement à la colère, il n'y a plus d'arrêt à la case sidération, ni à la tristesse. On est encore en survol de la case peur, mais c'est surtout la colère qui tient la dragée haute des sentiments.

    Cela s'explique! Maintenant on sait que c est possible et depuis longtemps. On sait que d'être triste ne change rien. Et on sait qu'a titre individuel, on est impuissant. Donc il reste la colère.

    Lire la suite

  • Où l'on parle de clergé

    Où l'on parle de clergé

    On parle communément de clergé en parlant des instances représentatives d 'un culte en particulier, ou des représentants laïcs (et pas laïques) des cultes.
    On peut y trouver des instances hiérarchiques, ou des ordres particuliers. Ces clergés ont vocations à s'exprimer en public ,vers l 'exterieur pour donner un sens à la foi et répandre la parole de ce qui fait leur engagement philosophique. L'interet premier est de porter la parole des ouailles affiliées à leurs obédiences respectives, leurs communautés de pensée.

    Mais ils redisent le dogme dans leurs communautés en gérant les réponses à des questions, exprimant les interdits, redisant la parole exacte des lois divines,appliquant la moralité dans leurs congrégations

    Lire la suite

  • Où l'on parle APL.

    Où l'on parle APL.

    Macron met en concurrence le colonel Beltrame ,héros de l'attentat de la supérette,dont le sort volontaire avait retourné nombres de français et les râleurs bénéficiaires de APL , minoré de 50 euro par an.
    Le symbolisme vs l'économie réelle !

    On peut se poser la question afin de comprendre les différences entre un héros militaire, volontaire au sacrifice et un bénéficiaire d'allocation sociales subissant sa situation. Mais c'est peine perdue! Il s'agit bien d'un sophisme, d'un biais ad assistum!

    De nouveau, malgré l'affirmation d'un monde nouveau, le fond de roulement politique qui consiste à rassurer les masses moyennes, sur leurs contributions fiscales et sociales en aboyant sur les plus fragiles fait le plein. C'est beau , c'est fait avec panache, ça n'a rien à voir avec la droite, une mesure de bon sens....bref les arguments ne manquent pas pour sauver le soldat Jupiter!

    Lire la suite

  • Où l'on parle de Zemmour...

    Où l'on parle de Zemmour...

    Pour commencer il faut planter tout de suite un drapeau . En ses temps de purge idéologique où chaque mot est source d 'interpretation , je précise à toutes fins utiles que je ne supporte pas le personnage . L'essentialisme me soulève le cœur!

    Zemmour spécialiste des sorties de route idéologique a tiré le bord de trop à destination des musulmans.Les messages clivant de l'oiseau font d'ailleurs mouche à chaque fois puisqu'il les pose de manière justement à exciter les associations de défense des musulmans.

    Je m'explique: son fond de roulement tourne en boucle en opposant " musulmans" et France, "musulmans " et français, théorisant le grand remplacement prôné par les identitaires en le camouflant sous les nuances sémantiques et ceci à destination des musulmans comme entité unitaire.

    Lire la suite

  • Où l'on parle d'ordre républicain.

    Où l'on parle d'ordre républicain.

    La rue à un truc à dire. C'est le premier mai. Et un jour férié. C est un jour férié dédié aux travailleurs. Un jour de masse.

    Le 1 mai, il y a une invitation à descendre dans la rue pour commémorer les luttes sociales qui ont conduit à améliorer l'ordinaire ouvrier. Traditionnellement les syndicats font la démonstration du nombre en défilant en rangs serrés pour perpetuer la contestation contre les coups de canifs répétés contre le droit du travail, et les déséquilibres entre les salariés et le patronat.

    Accessoirement , la manifestation prend des allures de contestation contre les politiques gouvernementales en matière d'emploi, de fiscalité, d'incapacité à maintenir un niveau de vie correct aux retraités...

    Lire la suite

  • Où l'on parle d'exégèse.

    Où l'on parle d'exégèse.

    La petite musique se diffuse! La boîte à musique de la réforme de l'islam , de la réforme du texte de l'islam de France est lancée sur le tourne disque.

    La volonté du chef de l'État de réformer l'islam en France pour en faire l'islam de France sur l'echec de la boîte de Pandore de Sarkozy. A l'époque ,c'était moderne que de créer un clergé musulman, uoif, cfcm, sauf que la mèche était mouillée.

    Lire la suite

  • Où l'on parle de rempart (s).

    Où l'on parle de rempart (s).

    La République est une place forte! Et son chef à le devoir de régler l'ouverture des portes pour en protéger les citoyens. Les protéger de quoi ?

    Des idéaux contraires aux valeurs qu'elle porte. La République est ainsi porteuse de valeurs qu'elle décline en rebattant les cartes régulièrement.

    Liberté , Égalité, Fraternité, Laïcité. Les valeurs sont simples à entendre et à faire entendre. Ce sont des valeurs communes, que nous partageons avec l'ensemble de nos concitoyens. Un code commun, pour nous assurer du monde dans lequel nous vivons afin d'en tirer un profit émancipateur et la sérénité ,avec l'assurance de ne pas être en défaut le lendemain.

    Lire la suite

Date de dernière mise à jour : 02/04/2018